Uber pour ados relance le débat sur les empreintes digitales des chauffeurs

Accueil - Technologies et Avenirs - Mobilité et Smart Cities - Uber pour ados relance le débat sur les empreintes digitales des chauffeurs
Innovationsfr
juillet 10, 2024

Uber pour ados relance le débat sur les empreintes digitales des chauffeurs

Une initiative d'Uber visant à permettre aux adolescents de commander leurs propres courses a ravivé un ancien débat en Californie. Sept ans après qu'Uber et Lyft aient réussi à bloquer une loi exigeant la prise d'empreintes digitales pour leurs chauffeurs, le lancement d'Uber pour ados en février dernier remet cette question épineuse sur le tapis. Alors que les startups, Uber et les régulateurs californiens tentent de s'accorder sur les cas où une telle mesure devrait s'appliquer, les discussions s'enflamment à nouveau.

Le casse-tête réglementaire d'Uber pour ados

Avec Uber pour ados, les 13-17 ans peuvent commander leurs propres courses via le compte d'un parent. Mais cela a poussé Uber à demander des éclaircissements à la Commission des services publics de Californie (CPUC) sur une décision de 2016. Celle-ci stipulait que toute entreprise de VTC transportant "principalement des mineurs" devait imposer à ses chauffeurs des vérifications d'antécédents strictes, incluant la prise d'empreintes digitales.

Qu'entendait-on exactement par "principalement" ? C'est ce qu'Uber voulait savoir, demandant si la Commission prévoyait de mettre à jour ce terme prochainement. Une requête qui a déclenché une période de commentaires publics, terrain inattendu pour un plaidoyer en faveur des empreintes de la part de concurrents potentiels comme HopSkipDrive.

HopSkipDrive saute sur l'occasion

Pour cette startup spécialisée dans le transport d'enfants pour les districts scolaires, le timing est idéal. HopSkipDrive propose aussi aux parents de réserver des courses pour leurs enfants, un produit qui pourrait entrer en concurrence directe avec Uber pour ados. En participant aux commentaires publics, la startup a l'occasion inespérée de soumettre Uber, géant du secteur, aux mêmes standards qu'elle et que les taxis.

Limiter ces exigences suggère que même un seul enfant, voyageant seul, ne devrait pas être protégé selon les normes de sécurité les plus élevées.

– Trish Donahue, VP juridique chez HopSkipDrive

Le programme Trustline en question

Au cœur du débat : la participation obligatoire au programme Trustline du Département de la Justice. Ce registre géré par les services sociaux californiens utilise les empreintes pour dépister les arrestations et condamnations pénales des soignants. Il filtre aussi les demandeurs via l'index central des mauvais traitements, qui recense les soupçons de maltraitance et négligence envers des enfants.

La position d'Uber

Bien qu'Uber pour ados ne représente pas une part significative de son activité (moins de 10% du total des courses selon un porte-parole), l'entreprise estime que son propre système de vérification et les fonctionnalités de sécurité du service pour ados suffisent à assurer la sécurité des passagers de tout âge :

  • Seuls les chauffeurs les plus expérimentés et les mieux notés peuvent transporter des ados
  • Suivi en direct des trajets pour les parents
  • Code PIN unique à communiquer au chauffeur pour démarrer la course
  • Enregistrement audio obligatoire du trajet

Uber fait aussi valoir que le système Trustline est incomplet car il ne recherche que pour la Californie, là où les vérifications d'Uber scrutent chaque État et comté où un chauffeur a vécu ou pu avoir un contact avec la police.

Un sujet sensible pour Uber

La prise d'empreintes reste un point délicat pour Uber. Le géant des VTC a fait pression dans de nombreuses villes américaines contre les initiatives visant à l'imposer à ses chauffeurs, arguant que cette contrainte découragerait les inscriptions. La société a aussi souligné que la base de données d'empreintes du FBI contenait souvent des informations incomplètes ou obsolètes, et que ces vérifications pénalisaient de manière disproportionnée les minorités, plus susceptibles d'avoir été arrêtées même sans condamnation.

Malgré l'obligation d'empreintes pour les chauffeurs de taxi dans de grandes villes, Uber et Lyft ont majoritairement réussi à y échapper. Mais le lancement d'Uber pour ados montre à quel point l'équilibre entre innovation et sécurité reste fragile et source de vifs débats. La CPUC a indiqué que la période de commentaires restait ouverte, sans préciser quand elle comptait clarifier sa décision. Le suspense demeure entier sur l'issue de ce bras de fer entre startups, géants de la tech et régulateurs.

Partager:

Ajouter Un Commentaire

Chercher

Beauty and lifestyle influencer

Follow my journey on all Social Media channels

Alienum phaedrum torquatos nec eu, vis detraxit periculis ex, nihilmei. Mei an pericula euripidis, hinc partem ei est.
facebook
5M+
Facebook followers
Follow Me
youtube
4.6M+
Youtube Subscribers
Subscribe Me
tiktok
7M+
Tiktok Followers
Follow Me
instagram
3.4M+
Instagram Followers
Follow Me